Les pas pour construire un portail coulissant autoportant

Dernière mise à jour: 07.12.22

 

De nos jours, le portail en bois coulissant est devenu très à la mode. Mais si vous avez envie de faire forte impression, fabriquer un portail coulissant autoportant est la solution, car ce type de fermeture ne se rencontre pas à chaque coin de rue. C’est un excellent moyen pour protéger sa propriété. Recourir aux services d’un artisan professionnel coûte cher pour ce type de travaux. Si vous voulez faire un portail coulissant autoportant vous-même, voici les choses que vous devez impérativement connaître.  

 

Quels sont les différents stades dans la fabrication d’un portail coulissant autoportant ?

Pour fabriquer un portail coulissant autoportant, il existe certaines problématiques auxquelles vous devez penser :

 – Les dimensions du portail coulissant suspendu

 – La profondeur des fondations

 – Les fouilles

 – Le béton

 – Le type de pilier

 

1. Choisir les dimensions du portail coulissant fait maison

 – La largeur de passage

Pour fabriquer un portail coulissant autoportant, vous devez penser avant tout à déterminer la largeur de passage que vous souhaitez avoir. Ce paramètre est primordial, car il impacte sur le tablier de la fermeture. Pour que votre projet de construire un portail soit faisable, vous devez vérifier si la place où vous allez l’installer est assez grande afin que le refoulement soit possible.

Pour le calcul, référez-vous à la largeur du véhicule qui va franchir votre portail. Il est important de prendre une grande marge, pensez donc à un camion de déménagement ou de fioul. La mesure la plus probable est de 4 m.

 – La hauteur du portail coulissant autoportant

Il s’agit aussi d’une dimension que vous devez prendre en compte. Le choix va se faire en fonction de vos besoins. Avez-vous envie d’un portail simple qui ferme votre propriété ou un qui soit occultant. Dans le premier cas, 1 m à 1 m 50 sera suffisant. Avec la seconde option, 1 m 80 sera nécessaire. Quant aux piliers, ils doivent faire 10 cm de plus que votre portail.

 – La profondeur des fouilles

Elle varie en fonction de la région où vous êtes installé : en altitude, en plaine, dans les terres ou en bord de mer. Il faut que la fondation soit bien enfoncée afin que le sol d’assise soit à l’abri du gel. Le niveau doit être choisi en tenant compte du climat et de la nature du sol. En effet, même si le terrain n’est pas glacé, sa teneur en eau risque d’être modifiée par le gel. Pour que vous puissiez fabriquer un portail coulissant autoportant qui ne menace pas de s’effondrer, respecter au moins une descente minimum de 0,5 m en pays tempéré et 1 m en montagne.

 

Tableau comparatif

 

Le bon
Le mauvais
Conclusion
Prix

 

2. 1re partie de la maçonnerie de portail coulissant autoportant : le creusement des fouilles

Il est important de préciser que la réalisation d’une longrine béton n’est pas nécessaire pour fabriquer son portail autoportant. Pour assurer le raccordement électrique des piliers, 2 plots de béton ainsi qu’une saignée entre eux sont suffisants. Néanmoins la dimension de ces 2 devra être choisie en fonction de la taille de votre portail ainsi que de son type.

S’il n’y a qu’un vantail, la maçonnerie va se concentrer sur 2 plots dont l’un devra être plus long que l’autre, car il va servir à soutenir le pilier porteur ainsi que les godets. Le second sera plus petit et va supporter le pilier de réception.

Pour fabriquer son portail coulissant autoportant à 2 vantaux, il faut assurer un refoulement sur les 2 côtés du portail. La maçonnerie se fera donc au niveau des 2 plots qui seront de la même taille.

Si vous comptez acheter directement les piliers, vous pouvez faire l’acquisition d’un kit pour portail autoportant pour pouvoir fixer vous-même les guides sur les piliers de maçonnerie.   

 – Le creusement manuel des fouilles

Dans le cas où vous n’avez pas d’autres projets de terrassement à part la fabrication de portail en bois autoportant, cette option est la plus convenable. Vous devez réunir 3 outils, dont une pioche, une pelle et une brouette, ce qui vous coûtera dans les 102 euros environ.   

Tout d’abord, vous devez délimiter le lieu du montage du pilier en béton. Une fois que ce sera fait, vous pouvez commencer par creuser jusqu’à atteindre la profondeur hors gel.

 – Le creusement avec une mini pelle

Si en plus de faire un portail coulissant, vous allez réaliser d’autres travaux, cet outil sera plus adapté. Par exemple, si vous devez creuser la tranchée qui va conduire l’électricité vers votre portail et l’alimenter. Néanmoins, retenez que le maniement d’une mini pelle nécessite un savoir-faire pour que l’activité puisse être précise. Une certaine habileté dans les manœuvres de cette machine est de mise si vous avez envie de trouer un espace étroit. Par ailleurs, c’est un engin très petit qui peut se renverser facilement si le terrain est à pente. Dans ce cas, utilisez une mini pelle de 2,5 T afin d’éviter les problèmes.

Si vous n’en avez pas, vous pouvez en louer pour 400 euros par jour. Prévoyez aussi 100 euros de plus pour la livraison.

 – Le compactage du sol

Assurez-vous que le sol d’assise soit bien stable, antérieurement au commencement de la construction de génie civil. Dans le cas où le sol a déjà été remué afin de pouvoir effectuer le terrassement, il vous sera toujours possible de vous débarrasser de l’épaisseur du sol remué avant de le substituer par du béton maigre.   

Mais il y a également une solution plus simple, il s’agit de compacter le sol. Pour cela, utilisez un compacteur à plaque vibrante que vous pourrez louer pour 48 euros TTC par jour.

 

Évacuation des gravats

Pour dégager les décombres en dehors du terrain où vous réalisez la fabrication d’un portail coulissant autoportant, vous pouvez employer un camion-benne à un prix de 90 euros par jour.

3. 2e partie de la maçonnerie : le coffrage et le béton

 – Calcul du volume de béton nécessaire

Pour calculer le volume de béton pour poteau, suivez cette formule : volume de longrine = L x l x P (profondeur). S’il y a 2 plots, ajoutez les 2 volumes.

Pour réaliser les piliers, retirez 10 cm de leur section, multipliez le résultat obtenu au carré par leur hauteur et enfin, reproduisez par 2. Grâce à ces mesures, vous pourrez connaître le coût du béton.

 – Calcul des postes de dépense

 – Le coffrage plot béton

Dans ce domaine, il existe 2 solutions : soit vous choisissez de ne pas coffrer le fond de fouille, ou alors vous réalisez un coffrage sur l’ensemble de la hauteur de la profondeur hors gel. Dans tous les cas, le budget ne dépassera pas les 100 euros puisqu’une planche de coffrage est vendue à 15 euros pour des dimensions de 4 m (L) x 20 cm (H).

 – Le ferraillage plot béton

Pour 21 euros, vous aurez à votre disposition un ferraillage de semelle de 3 m de long. Par ailleurs, une armature de poteaux de la même taille est vendue à 25 euros.  

 – Les gaines d’alimentation

Un tube de gaine d’alimentation de 25 m coûte 16 euros.

 – Le béton à gâcher par soi-même

Pour chaque m³ de béton, vous aurez besoin de 175 L d’eau, 1050 kg de granulat (3 euros/35 kg), 800 kg de sable (4 euros/35 kg) et 350 kg de ciment (8 euros/35 kg).

Pour calculer le coût du béton seul, servez-vous de la formule : volume des fondations x prix au m³. En ce qui concerne le gâchage manuel, vous devez faire l’acquisition d’une grande auge de maçon qui est vendue à 13 euros environ. Par contre, si vous voulez acheter une bétonnière, préparez 150 euros à 1500 euros. La meilleure alternative serait de louer étant donné que cela vous reviendra moins cher (30 euros à 200 euros par jour).

 – Le béton prêt à l’emploi : à se faire livrer

Si vous ne voulez pas vous salir les mains, vous pouvez commander du béton. Quant au prix, il va dépendre des moyens spécifiques, de la distance entre la centrale à béton et le chantier, de la classe de consistance, de l’ajout d’adjuvant et de la résistance à la compression. Vous devez aussi prévoir des frais de prestations en sus si l’endroit est inaccessible par camion. La livraison peut aller jusqu’à 160 euros.

Le coût du m³ du béton est différent en fonction du type : béton de propreté (85 euros), béton pour un seuil béton (90 euros), béton de plancher et dalle courante (90 euros), béton de fondation (87 euros).

 – Comment couler du béton ?

1re étape : Afin de soutenir votre portail coulissant, il est impératif de faire des plots en béton pour poteau très robustes. Pour cela, il faut tout d’abord creuser la place des plots et installer le coffrage dans les fouilles. Ensuite, trouez une saignée entre les 2 coffrages. Cela va servir pour raccorder les 2 piliers pour que le portail puisse être alimenté en courant.  

2e étape : Ce n’est pas obligatoire, mais si vous le souhaitez, vous pouvez prendre la gaine de votre tableau électrique et l’amener jusqu’à l’endroit où votre portail sera disposé.

3e étape : Effectuez la mise en place du ferraillage.

4e étape : Faites maintenant couler le béton à l’intérieur du coffrage en prenant bien soin de le remplir.

 – Le décoffrage

Durant cette opération, la tâche consiste à enlever le coffrage d’un ouvrage fabriqué en béton. Une partie de ce dernier doit avoir séché pour que le travail puisse se faire. Vous devez donc attendre entre 2 à 3 jours pour pouvoir le réaliser. Il existe de l’huile de décoffrage que vous pouvez utiliser pour vous aider à réduire le décrochement des arêtes. Le pied-de-biche est l’outil parfait dans la manœuvre.

4. Monter un pilier de portail coulissant autoportant

 – Les dépenses sur les piliers

 – La ferraille pour pilier

Si vous voulez installer des piliers en béton, l’utilisation d’un ferraillage est impérative pour qu’ils soient solides et fiables. Vous devez donc préparer un coffrage et le béton évidemment.

 – Les modules de piliers, chapeaux et piliers

Sur le marché, des kits de portail autoportant sont disponibles aux abords de 400 euros. Ils contiennent les chapeaux ainsi que les éléments de piliers à crépir. Il y a aussi des kits qui sont dotés de finition (couleur et texture à souhait) que vous pourrez acquérir pour 500 euros.   

 – Les organes de sécurité

Pour donner un bel aspect maçonnerie à votre portail coulissant autoportant, vous devrez acquérir des photocellules ainsi qu’un éclairage pour les piliers.

 

Les différentes étapes du montage des piliers

Si vous avez un portail au système motorisé, le passage des fils et des gaines au travers des modules doit avoir été prévu avant que le béton ait été coulé. Une fois le seuil béton et le ferraillage des piliers effectués, vous pourrez passer au montage.

1re étape : Le placement du premier module

2de étape : La réalisation du joint d’étanchéité. Pour cela, vous pouvez recourir à 2 solutions différentes : soit vous faites usage d’une truelle et du ciment, ou vous vous servez de mastic d’étanchéité que vous allez appliquer avec un pistolet.

3e étape : Le placement du deuxième module

4e étape : Il s’agit de répéter la seconde et la troisième phase jusqu’à ce que vous arriviez au plus haut du pilier. Envisagez l’utilisation de films de dilatation sur les faces avant que l’intérieur du béton soit garni. N’oubliez pas de jeter un œil sur l’aplomb des modules en employant un niveau à bulle.

5e étape : Le placement du chapeau

6e étape : Elle n’est pas obligatoire, mais est fortement recommandée. Il s’agit d’appliquer la première couche de crépis après avoir placé les baguettes d’angle. Ensuite, passez à la couche de finition. Vous avez le choix entre un aspect gratté, lissé ou brossé.  

 

 

Laisser un commentaire

0 COMMENTAIRES