Les étapes pour implémenter un serveur NAS sur Raspberry Pi

Dernière mise à jour: 06.10.22

 

Cet équipement informatique est devenu incontournable aujourd’hui pour effectuer différentes tâches, notamment concernant les moyens de communication sur les réseaux. Généralement utilisé comme serveur, son emploi nécessite une certaine base pour en tirer le meilleur profit. Il importe auparavant de savoir de quoi il s’agit, et comment s’en servir correctement.

 

Définition, fonctionnement et utilisations du Raspberry Pi

De taille avoisinant celle d’une carte de crédit, vous pouvez le brancher à un moniteur dans l’objectif de vous en servir comme d’un PC ordinaire. Vous pouvez notamment l’utiliser comme serveur nas pour une gestion domestique de flux d’informations connectées. Il existe de nombreuses variantes du produit, mais le raspberry pi nas reste le plus populaire. Dans tous les cas, tout dépend de la configuration qui vous convient, et du type de tâche que vous souhaitez effectuer avec votre NAS Raspberry.

 

Fonctionnement du Raspberry Pi

Afin de tirer le meilleur parti de votre serveur raspberry, vous devez avant tout en comprendre le mode de fonctionnement. Comme il ne contient pas de disque dur, vous devrez prévoir un espace de stockage pour les données recueillies et celles à partager. Trouvez de ce fait un clavier, un câble HDMI sera également inévitable pour brancher le boîtier nas à un moniteur ou un écran de télévision. Pour la connexion au réseau, vous devez vous munir d’un câble RJ45, tandis qu’un autre en micro USB standard sera à prévoir pour l’alimentation. Enfin, une carte micro SD compatible avec le modèle de votre choix servira à enregistrer les différentes données.

Utilisations possibles

Si vous avez l’intention d’apprendre à configurer un nas serveur ou de découvrir et essayer les nouvelles technologies sur Linux, cette opportunité reste la plus adaptée.

Une première exploitation du raspberry nas se caractérise par son rôle attribué en tant que serveur web, notamment pour héberger des sites temporaires à afficher lors d’une présentation, ou pour montrer un projet à un client par exemple. En alternative, vous pouvez également vous servir de Raspberry pi pour créer un serveur nas sous windows 10.

Un dernier usage de Raspberry pi se définit par l’amélioration de votre système de stockage des données. Afin de réussir votre nas diy, vous n’avez d’autres choix que d’installer d’abord les pilotes qui permettront à linux de prendre ce format en charge.

 

Configuration du Raspberry pi comme serveur NAS

Une alternative à la suppression des supports papier se matérialise par le fait de créer un serveur nas sous windows pour ranger vos fichiers de manière simple dans des volumes de stockage. Ces derniers se représentent par des clés USB, des cartes SD ou des serveurs Cloud, et dans le cas actuel, par le raspberry pi 3 disque dur externe.

Pour faciliter la tâche, il vous faut créer un serveur de stockage, encore appelé network attached storage (le fameux NAS), qui peut contenir le flux de données numériques par l’intermédiaire de ses systèmes de stockage dédiés. Cette solution reste par ailleurs la plus prisée, sachant qu’avec un peu de patience et de la concentration, un NAS Raspberry peut être créé sans complications majeures et à moindres frais.

 

Tableau comparatif

 

Le bon
Le mauvais
Conclusion
Prix

 

Utilité de Raspberry et prérequis pour l’emploi

Avoir un serveur nas à disposition revient forcément moins cher qu’un système NAS prêt à l’emploi. En possédant votre serveur personnel et personnalisé sur votre propre micro-ordinateur, vous vous épargnez de nombreuses charges d’exploitation, pour ne citer que les frais d’hébergement par exemple. D’autre part, le Raspberry Pi ne requiert que de faibles besoins en matière d’alimentation, compte tenu de sa taille réduite.

Vous devrez prévoir au minimum deux volumes de stockage externe, en plus de votre micro-ordinateur. Vous pouvez choisir des clés USB ordinaires, notamment celles qui offrent au moins 100 Go d’espace de stockage, et dont la mise sous tension dépend directement du Raspberry Pi. Mais vous pouvez également opter pour la tendance plus généralisée des disques durs USB externes disposant de leur propre source d’alimentation.

 

Techniques d’implémentation de serveur NAS sur Raspberry Pi

Une fois le matériel rassemblé, vous pouvez procéder à la mise en place de votre serveur personnalisé NAS Raspberry. Vous pouvez trouver de nombreuses faenas tuto dans cet objectif, autrement dit des logiciels utiles que vous devez utiliser pour pouvoir installer un nas. Cependant, le standard reconnu pour ce genre de projet se matérialise par l’emploi de l’application openmediavault. Celle-ci apporte entre autres des services Rsync ou SSH, fort utiles à la distribution Linux/Raspberry et peut alors constituer une bonne interface web. Elle se pose donc comme une solution prête à l’emploi pour paramétrer un NAS Raspberry. De plus, les différentes fonctions restent extensibles en utilisant des plugins. Pour mettre sur pied votre projet, voici les principales étapes à respecter.

 

Téléchargement et installation du logiciel

Utilisez un ordinateur externe pour aller directement sur le répertoire officiel OpenMediaVault. Trouvez le logiciel open source contenant le fichier image openmediavault raspberry, téléchargez le fichier de 300 Mo et enregistrez-le sur une carte micro SD. De préférence, utilisez une application d’imagerie semblable à Etcher. Avant de lancer l’installation automatique, configurez votre routeur de manière à ce qu’il applique la même adresse IP au micro-ordinateur à chaque démarrage. À défaut, elle risque de changer à chaque mise sous tension.

Premier démarrage et modification du clavier

Connectez un écran et un clavier au Raspberry Pi, puis lancez le processus de démarrage. Installez le logiciel à partir du fichier que vous avez enregistré sur la carte micro SD, jusqu’à pouvoir vous connecter au programme NAS pour la première fois par l’intermédiaire de l’interface système. Les données de connexion par défaut sont root pour le nom d’utilisateur, et openmediavault pour le mot de passe. Si le routeur fournit automatiquement l’adresse IP du micro-ordinateur pour la distribution NAS, l’administration d’un deuxième PC à partir de l’interface web devient possible dès le départ. Vous n’avez donc plus l’obligation d’utiliser Raspberry directement à partir de l’écran et du clavier.

 

Changement de mot de passe et affichage de l’adresse IP

Pour protéger votre installation, vous devez attribuer un mot de passe pour l’accès à l’interface système de votre serveur personnalisé. Vous éviterez ainsi les intrusions qui risquent de dévoiler vos secrets personnels ou professionnels conservés dans vos unités de stockage. Pour procéder à cette opération, il vous suffit de taper la commande passwd sur le champ requis. Saisissez le nouveau mot de passe deux fois de suite, en validant respectivement en appuyant sur Entrée. La réussite du changement vous est notifiée par un message qui s’affiche sur la ligne de commande. Vous devez ensuite lancer le programme iconfig pour obtenir la liste des informations réseau importantes. Vous y découvrirez l’adresse IP que votre routeur a attribuée au serveur NAS. Celle-ci est indiquée sous eth0, et reste incontournable pour la configuration ultérieure du NAS Raspberry Pi.

 

Inscription à l’interface web

La configuration réelle de votre serveur NAS commence à cette étape, où vous devez vous connecter au frontend web. Passez de Raspberry à un autre PC présent sur le même réseau, et qui partage le même navigateur. Démarrez ce dernier, puis saisissez l’adresse IP attribuée pour le NAS Raspberry dans la barre d’adresse. Pour la distribution, utilisez le login par défaut, à savoir admin comme nom d’utilisateur et openmediavault comme mot de passe. Une connexion établie ouvre l’application Openmediavault et offre un aperçu des services disponibles, ainsi que les différentes informations système.

Protection de l’interface web

Sécuriser cet outil importe, simplement parce tous vos réglages s’effectuent à partir de cette interface web. Vous devez impérativement activer l’équivalent crypté HTTPS pour ce faire. Dans le menu préférences générales, entrez dans la rubrique Système, puis actionnez Connexion de sécurité. Créez ensuite un certificat, toujours dans la rubrique Système, puis Certificats et SSL. Il vous reste ensuite à cliquer sur Ajouter, puis sur Enregistrer dans la fenêtre qui s’ouvre. 

Selon vos besoins, vous pouvez renseigner les zones d’information pour déterminer la longueur de la clé et la période de validité du certificat. Une fois effectué, introduisez le certificat dans les paramètres généraux, enregistrez et confirmez. La connexion actuelle en HTTP sera alors coupée et remplacée par une autre en HTTPS, en passant par TLS/SSL. Pour finir, lancez une dernière connexion avec les données standard, afin d’attribuer votre mot de passe personnalisé. Pour ce faire, entrez dans Système, Paramètres généraux, puis Mot de passe administrateur web.

 

Connexion du support de stockage

Le serveur NAS est avant tout conçu pour devenir un emplacement de stockage. Vous devez alors connecter les supports prévus au Raspberry Pi, et les configurer dans l’interface web. Vous pourrez ensuite les afficher, lors d’une connexion et d’une alimentation physique au micro-ordinateur, à partir du menu Disques durs réels, puis Stockage des données. Par contre, si OpenMediaVault ne trouve pas les supports, utilisez juste le bouton Rechercher. Vous trouverez dans le menu Systèmes de fichiers les partitions de tous les volumes connectés. Vous pouvez en ajouter en appuyant sur le bouton Créer. Sélectionnez-les ensuite, et ajoutez-les au NAS Raspberry Pi avec la commande Intégrer. Pour information, vous trouverez certainement des partitions boot et omv. Celles-ci se trouvent sur la carte micro SD, n’y touchez pas, laissez-les telles quelles.

 

Configuration du partage de fichiers

Afin de permettre le rangement de fichiers sur les volumes de stockage connectés, entrez dans le menu Contrôle d’accès pour libérer les dossiers concernés. L’opération consiste à cliquer sur Dossiers partagés, puis Ajouter. Attribuez le chemin homes/ pour commencer, avec le répertoire Utilisateur. Quant aux autres dossiers, vous pouvez en spécifier le chemin selon vos inspirations du moment. Avec la xpenology tuto, vous pouvez fusionner plusieurs volumes de stockage dans ce qu’on appelle une architecture RAID. Ces derniers se comportent alors comme un seul disque fournissant un débit de données plus important et une plus grande fiabilité. Selon la puissance recherchée, vous aurez besoin d’un nombre important de disques durs.

Création des profils utilisateurs

Lorsque les configurations techniques sont achevées, vous pouvez passer à l’étape de la création de profils utilisateurs. Vous pouvez l’effectuer à partir du menu Utilisateur ou Contrôle d’accès. Cliquez sur Ajouter, puis saisissez les noms et mots de passe de ceux qui peuvent avoir accès au nas. Pour permettre à une personne en particulier d’apporter des modifications aux informations de connexion, activez le curseur sur la partie Modifier l’accès. Ouvrez ensuite l’aperçu des dossiers partagés, et attribuez les droits correspondants à chaque profil, à savoir l’accès total, l’écriture et/ou lecture, ou aucun accès, en fonction des dossiers pertinents sélectionnés. À ce propos, en activant l’option Répertoire personnel de l’utilisateur dans les réglages, les nouveaux arrivants recevront automatiquement leur dossier spécifique dans le répertoire utilisateur déjà créé.

 

Configuration des services d’accès

Pour permettre aux utilisateurs d’échanger des données avec le serveur NAS, le SSH ou Secure Shell est activé par défaut avec Linux. Par contre, vous devez recourir à des applications client comme WinSCP pour transférer des données, si vous travaillez sous Windows. Pour vous simplifier la tâche, vous pouvez également compter sur l’emploi de la multiplateforme SMB ou Server Message Block, que vous pouvez activer dans Services, puis SMB/CIFS. En tant que tel, ce programme est compatible avec toutes les plateformes. Le protocole fonctionne en mode standard sur Windows, tandis que le logiciel samba raspberry assure le fonctionnement pour Linux et macOS. Au moment de l’activation, n’oubliez pas de cocher la case d’activation des répertoires personnels des utilisateurs. Vous pourrez ensuite ajouter les dossiers qui seront accessibles dans Partages.

 

Accès au NAS Raspberry Pi

Cette rubrique représente la dernière étape de ce tuto raspberry, dans laquelle vous pourrez commencer à utiliser le centre de stockage des données. Connectez-vous en tant qu’utilisateur, puis ouvrez le gestionnaire de fichiers. Sélectionnez l’option Connexion au serveur, introduisez l’adresse de ce dernier, sans oublier le préfixe smb:// pour établir la connexion lorsque vous travaillez sous Linux. Avec Windows, vous devez utiliser Windows Explorer pour connecter USB au NAS Raspberry. Il vous suffit de placer les barres obliques inversées ou \\ avant d’entrer l’adresse IP.

 

Laisser un commentaire

0 COMMENTAIRES